Averses, orages ... et après ?

En septembre, le nombre de jours avec de l'orage tend à régresser, sauf dans les régions méditerranéennes où les conditions peuvent être propices à des épisodes orageux à précipitations extrêmes. Cette semaine, plusieurs régions ont été concernées par des orages et des pluies intenses. Quelle est l'évolution prévue à court et moyen terme ? On fait le point dans cet article.

Orages et trombes d'eau

Un orage diluvien d'une intensité rare a touché le Gard mardi matin, causant de graves inondations. Dans la nuit de mardi à mercredi, l'ouest du Massif central a aussi été touché par des pluies abondantes. Les cumuls pluviométriques y ont dépassé par endroit 100 mm, soit plus d'un mois de pluie en un court laps de temps. Des orages nombreux et parfois forts ont encore éclaté mercredi après-midi et soir au sud de la France, de l'Occitanie aux Alpes, très pluvieux, localement accompagnés de grêle et de bourrasques de vent. A Montpellier et aux alentours notamment, un orage violent s'est manifesté en début de soirée hier.

Il faut dire que les ingrédients pour une convection profonde vigoureuse étaient réunis :

  • instabilité modérée à forte et humidité disponible élevée dans les basses couches de l'atmosphère, l'air s'humidifiant préalablement par évaporation en circulant au-dessus de la mer chaude (22-26 °C en Méditerranée, anomalies positives de SST) ;
  • dynamisme atmosphérique pour initier les orages, près de la surface (convergence marquée) et en altitude avec la circulation d'anomalies de PV favorisant l'instabilisation et le soulèvement en sortie gauche de jet ;
  • cisaillements de vent profonds pour organiser la convection et ainsi rendre les orages plus durables et sévères.

 


 

Le thalweg d'altitude en comblement était ce jeudi positionné au-dessus de la France, traversée par un front froid de surface ténu. Le vent en altitude a faibli significativement partout, excepté sur l'extrême sud-est avec un rapide de jet circulant encore en Méditerranée. Une masse d'air assez instable persistait sur une moitié sud de la France, avec des valeurs de MUCAPE comprises entre 500 et 1200 J/kg. Par conséquent, des averses voire des orages évoluent encore dans le sud-ouest, sur le Massif central, Rhône-Alpes et en PACA. Mais du fait d'un dynamisme plus faible, de l'absence de cisaillement de vent prononcé et d'une instabilité malgré tout en baisse, les quelques orages sont plus ordinaires, même si localement producteurs de fortes pluies. Vers le nord et le nord-ouest, le temps est plus calme et moins nuageux. Le vent est de composante nord.

Comment la situation va-t-elle évoluer les jours suivants ?

Le contexte synoptique va prochainement rester favorable à l'isolement de gouttes froides sur le proche Atlantique et en Europe de l'ouest, dans un régime de blocage. Dès demain vendredi, un thalweg d'altitude viendrait s'étirer au large des côtes atlantiques françaises, évoluant rapidement en cut-off low. En surface, un thalweg et un front froid aborderaient la Bretagne.

 

 Situation synoptique prévue vendredi 17/09/21.
Sources : Wetterzentrale, DWD.

 

Le front et la goutte froide apporteraient un temps à nouveau instable, des nuages et des pluies ce weekend. D'abord, une convection en air froid et des pluies concerneraient ainsi une partie ouest de la France, les précipitations gagnant en fin de journée de samedi puis la nuit les régions centrales, l'Occitanie, Rhône-Alpes voire PACA et la Corse dimanche matin. Des pluies ne sont pas exclues sur le nord et l'est de la France.

Quelques orages seraient possibles. L'instabilité n'est pas prévue aussi grande que dernièrement, des valeurs de MUCAPE > 500 J/kg sont toutefois modélisées samedi après-midi. Le soulèvement de la masse d'air est susceptible d'être accru en sortie gauche de jet streak (figure ci-après).

 

 Vent prévu à 250 hPa par GFS samedi 18/09/21 à 18 h UTC.
Source : Tropical Tidbits.

 

Le comportement des gouttes froides est difficile à anticiper. La figure suivante montre la position de l'isohypse 564 dam à 500 hPa prévue par les trente membres de GEFS dans la nuit de samedi à dimanche. Il est envisageable que l'anomalie cyclonique d'altitude circule effectivement plutôt vers le sud ou le centre de la France, mais quelques membres voient l'anomalie un peu plus au nord que d'autres. Nous pouvons voir un thalweg à l'ouest des îles Britanniques, lequel devrait rapidement venir influencer d'une manière ou d'une autre la pays en début de semaine prochaine (seconde figure ci-dessous, cliquer pour agrandir). La dispersion observée indique des écarts de positionnement dans le temps et l'espace entre les prévisions des membres de l'ensemble.

 


Carte spaghetti GEFS, prévisions pour ce weekend (en haut).
Prévision d'ensemble de l'ECMWF pour mardi 21/09/21 à 00 h UTC (en bas).
Sources : NCEP, NOAA, ECMWF.


Un temps instable et humide est alors envisageable de lundi à mercredi sans qu'il soit encore possible de définir les zones qui pourraient être concernées, même si la probabilité de précipitations est plus importante au sud. Dans ce type de configuration, un nouvel événement de pluies extrêmes sur les régions méditerranéennes n'est pas impossible.

La masse d'air serait dans l'ensemble plus fraîche que récemment : températures proches ou un peu au-dessous des normales climatiques vers la France et la péninsule Ibérique. Mais les éléments qui sautent peut-être le plus aux yeux en regardant la carte ci-dessous sont l'anomalie froide prévue en Europe du nord et en Russie, et l'anomalie chaude en Méditerranée.


Anomalie de T850 prévue sur 5 jours.
Sources : Tropical Tidbits, ECMWF.


Jetons un coup d'oeil aux diagrammes ECMWF pour Toulouse par exemple. Les températures sont prévues de baisser un peu samedi. Sur le diagramme des précipitations, on retrouve des signaux de pluie, d'une part ce weekend au passage de la première goutte froide, et d'autre part entre lundi et mercredi avec l'arrivée du thalweg suivant. La signature de ces perturbations est également visible sur le graphe du géopotentiel à 500 hPa. Une hausse du champ de pression est possible par la suite, ainsi qu'une élévation des températures, mais l'incertitude devient grande.

 

Météogramme à 10 jours pour Toulouse.
Source : site de l'ECMWF.


La prévisibilité n'est pas particulièrement bonne à moyen terme. Si on tente néanmoins de se projeter, il semble qu'un régime zonal ou NAO puisse s'installer en fin de semaine prochaine. La moyenne d'ensemble fait apparaître une anomalie de bas géopotentiels au voisinage de l'Islande et des îles Britanniques. Les perturbations viendront-elles affecter une partie de l'hexagone ?






Anomalies de Z500 et T850 prévues vendredi 24/09/21.
Sources : Tropical Tidbits, ECMWF.



Commentaires